• charlesmordacq

Tournoi de Printemps du 29 mai - les prédictions !!



Enfin un tournoi de Roundnet ! Le covid n’aura pas eu raison de notre détermination à jouer ces dernières semaines et à organiser un tournoi qui s’annonce grandiose. Le dernier grand tournoi de roundnet ayant eu lieu à Nantes en octobre dernier, plus de 6 mois sans compétitions de roundnet en France, c’est long. Et depuis Nantes de nombreuses choses se sont passées :

  • La création d’une fédération française de roundnet

  • La création d’une association officielle à Paris

  • La création de plein d’associations et de communautés un peu partout

  • Plein de nouvelles règles un peu effrayantes et vachement cools aussi

  • La qualification de Robin Florinda des Pour Combien aux Ninja Warriors


Et enfin ce tournoi à Paris, 64 équipes qui viennent de toute la France et prêtes à en découdre sans compter les 30 équipes de plus sur liste d’attente, du jamais vu sur un tournoi de roundnet en France ! 64 équipes d’abord réparties en 8 poules puis en division par niveau. Ca fait beaucoup de vainqueurs à tous les étages !

Depuis quelques jours j’ai l’idée de me prêter

à un exercice pas facile : j’ai voulu écrire quelques lignes pour dessiner de manière tout à fait subjective les grandes tendances et les forces en opposition à venir pour ce grand tournoi. Une pratique déjà bien développée avant les grands rendez-vous aux États-Unis et qui a certes moins de sens en France, car les niveaux sont beaucoup moins homogènes et les paires ayant disputés plus de trois ou quatre tournois ensemble se comptent sur les doigts d’une main. Mais néanmoins je n’ai pas pu résister car il faut le faire grandir ce sport bon sang ! Et plein de gens qui progressent dans plein de villes gagnent à être connus. J’ose espérer qu’il s’agit du premier papier d’une longue série avant chaque tournoi et avec de nouvelles têtes qui apparaissent au fur et à mesure pour bousculer la hiérarchie. Et j’assume tout à fait la volonté de pimenter un peu les débats ! N’hésitez pas à me dire si le format vous intéresse ou si vous avez déjà arrêtez de lire. Allez j’arrête d’essayer de me justifier et passons aux choses sérieuses. Le roundnet.


Les favoris



Les Jouve – Thomas Jouve & Louis Jouve (Toulouse)


Comment ne pas commencer par mentionner les frères Jouve de Toulouse ! Depuis que Louis et Thomas ont choisi de représenter la famille, ils ont atteint la finale de chaque tournoi joué ne s’inclinant avant la finale qu’à Courcouronnes début 2020 face à des compères toulousains. Ca fait presque autant de finales que d’abonnés sur leur chaine YouTube. Battus de de très peu en finale lors de leurs deux derniers tournois face à leur bête noire et amis les Pour Combien, ils ont la voie libre cette fois ci. Très complets, cuttant à droite et à gauche, certains les auraient mêmes déjà aperçus effectuer ou deux tweeners au-dessus de la No Hit Zone. Il serait très étonnant de ne pas les retrouver en finale samedi prochain, sauf si leur concentration leur joue un mauvais tour.

M&N – Charles Mordacq & Benoit Nguyen (Paris)


Vous me pardonnerez de parler de M&N à la troisième personne et jugerez-vous même de mon objectivité relative ! Dernière meilleure performance parisienne à un grand tournoi (4ème à Nantes en octobre dernier), les deux compères progressent aussi vite que leur roundnet mobile. Charles a développé un cut serve très saignant depuis quelques mois qui devrait permettre à l’équipe d’empocher de précieux points en phase finale et Benoit a progressé dans tous les compartiments du jeu et sort grand vainqueur de l’apparition de la No Hit Zone par sa capacité à contrer dans toutes les situations autour du filet et à toujours régaler son partenaire avec ses sets délicieux (merci Benoit). Une demi-finale ou une finale devrait être au minimum l’objectif de cette paire sympathique. Seule ombre au tableau, la vilaine sciatique de Charles qui l’empêche toujours de courir convenablement depuis quelques semaines (non je ne me cherche pas déjà des excuses). Sera-t-il remis à temps ? Quoiqu’il en soit pour aller loin Benoit devra éviter de trop céder aux mondanités inévitables liées à sa grande popularité dans la communauté parisienne et resté concentré. Et à Charles de prouver aux mauvaises langues qu’il a enfin un mental d’acier, même quand l’équipe perd deux points de suite !



Equinox – Robin Souriau & Alexandre Marti (Paris)


L’autre grande équipe parisienne vainqueur de la dernière édition à Courcouronnes l’été dernier. Robin & Marti n’ont d’ailleurs pas joué ensemble en tournoi depuis un an, ayant formé d’autres paires chacun de leur côté en raison de complications d’agenda. Mais ne vous méprenez pas ! Robin & Marti ont beaucoup joué ensemble ces dernières semaines en pick-up et l’on compte peu d’équipes aussi complémentaires sur le circuit en France aujourd’hui. Robin le setteur / blocker et Marti l’attaquant. Ajoutez à cela une très nette progression en attaque de Robin (attendez-vous à quelques tweeners) et des plongeons toujours aussi spectaculaires en défense de Marti et cette équipe ira au moins en demi ou en finale. Leurs duels avec M&N sont toujours aussi épiques et leur challenge sera de réussir à mettre en difficulté sur service les top équipes et de garder un niveau de concentration toujours élevé.



Here&Now – Nicolas Brun & Tristan Olin (Paris)


Quel plaisir de retrouver cette équipe en compétition un an après leur dernière finale à Courcouronnes ! On ne présente plus le vétéran Nicolas Brun, probablement joueur parisien le plus complet et toujours l’assurance d’avoir un partenaire fiable et des butter sets tout au long du tournoi. L’inconnue résidera chez Tristan, sans aucun doute meilleure et plus rapide progression parisienne de l’année 2020. Absent des terrains début 2021, il a fait son retour récemment et il devra démontrer qu’il n’a rien perdu de sa vista ! Les demi-finales au minimum sont un objectif raisonnable pour Here&Now, dont on pourra légitimement challenger le choix du nom d’équipe.



Dala Dali Dalo – Dorian Améziane & Sébastien Page (Toulouse)


Très beau mash-up Toulousain ! Ou devrais-je dire Toulousain & Parisien désormais ? On ne présente plus Dorian, membre des Pour Combien vainqueur des deux derniers grands tournois français à Toulouse & Nantes au cut et reverse cut dévastateur ! Avec lui Sébastien qui a remporté plusieurs tournois en 2019 et 2020 et à l’efficacité clinique. Il faudra compter sur cette paire qui ira probablement au moins en demi-finales. Ca fait déjà beaucoup d’équipes en demi-finales… Leur challenge bien évidemment : ils n’ont jamais joué ensemble. Pas sûr que ce soit si déterminant que ça et croyez-moi si les parisiens veulent éviter une finale 100% toulousaine, ils devront compter sur une répartition des seeds favorables ou jouer très très serré !



Les contenders

5 grands favoris mais seulement 4 places en demi-finales. Mes prédictions sont déjà fausses. Selon moi les 3 premières places seront bien trustées par 3 de ces équipes, sauf si…. sauf si je ne connais rien au Roundnet ou que les équipes suivantes créent la surprise ! Une liste des équipes qui peuvent nous étonner :


Tac Tac – Gabriel Rodriguez & Ryan Danekas (Paris)


L’équipe mascotte de Roundnet Paris ! Et la meilleure progression d’équipe à Paris en 2021. Les Tac Tac ne sont plus là pour plaisanter (enfin si encore pas mal quand même…) Les services de Ryan, les attaques de Gabi et sa spéciale les amèneront au moins en quart de finales si ce n’est plus.



Deux conito – Axel Degiorgis & Benoit Durand (Paris)


Nouvelle équipe parisienne très prometteuse ! Benoit (trademark Benoit & Anaïs) risque d’en surprendre plus d’un avec ses wide services du gauche et les soft touchs qu’il maîtrise à merveille tandis qu’il va falloir s’y reprendre avec insistance pour dépasser Axel en défense. Une équipe de défenseurs qui attendra le passage à la No Hit Zone avec impatience en phase finales pour créer la surprise. Des quarts de finales seraient tout sauf un accident.


D’autres équipes ont énormément progressé à Paris et ailleurs ces derniers mois et auront leur mot à dire en division 1 ou en tête de la division 2 qui s’annonce très disputée. Une analyse des autres top contenders pêle-mêle :


A Paris, les étoiles montantes Erwan Chapelière & Hugo Valette ont décidé de faire bande à part mais leurs équipes respectives devraient atteindre la division 1 ou faire figure d’épouvantail en division 2. Les services puissants d’Eric Dariel couplés aux amortis rétros d’Adrien Fayolle (Born to Spike) ne seront pas en reste et seront des sérieux candidats à la division 1. Warren Coopman & Kevin Jones feront parler leur puissance et leur défense de tout instant et pourraient faire la joie des bookmakers en division 1 s’ils ne confondent pas la balle de roundnet avec une balle de baseball.


Les services éclairs de Timothée Boulet et Nicolas Tastevin feront très probablement mouche.

Ancien demi-finaliste à Paris en 2018, Wallerand de Francqueville ne sera pas en terrain inconnu associé au fantasque Gabriel Curis. Jan-Peter Geringer, fier représentant de Roundnet Danube et Lancelot Touzé, deux piliers de la communauté parisienne et plus motivés que tout, seront aussi certainement à prendre en compte. Ce serait un crime de ne pas mentionner Adrien Bernaert et Augustin Rabec, qui représentent le Nord. Adrien a fondé Roundnet Lille il y peu et s’est surtout illustré il y 2 ans sur la même pelouse de Vincennes avec une belle quatrième place et un match épique remporté en quarts de finales contre la légendaire équipe 2o2 (Salut fraternel à Benoit s’il lit ces lignes). Leur niveau est aujourd’hui inconnu des milieux parisiens et toulousains mais nul doute qu’ils ont énormément progressé et leur parcours sera extrêmement intéressant à suivre !

Je fais un rêve : que nulles des 7 équipes citées en premier dans ce long papier ne gagne le tournoi. Une équipe surprise remporte le tournoi haut la main et nous renvoie bosser nos push et nos flicks devant la glace. Si tel est le cas, je promets de produire une vidéo de roundnet ou j’enseigne le cut serve en allemand (un supplice pour moi je vous le promets).

Où en étais-je ?


Ah oui d’autres équipes qu’on a hâte de voir ! La paire Kilian Moutou / Sofiane Djoulait bien sûr, des habitués des Invalides et une bonne ambiance assurée. Nos 3 équipes en provenance Abbeville, ville qui tient une place importante dans mon cœur où j’ai jadis passé tous mes étés et surtout car je décerne sans hésiter aux Spikebees d’Abbeville la palme de l’association la plus dynamique de l’année 2021 ! Beaucoup de highlights, de vie, et une bonne ambiance typique du roundnet qu’on adore. Hâte de les rencontrer ! (Je voudrais toutefois réitérer toute ma sympathie à Gif-Sur-Roundnet que je ne voudrais pas vexer, vous êtes toujours mon asso préférée vous le savez bien).

J’ai aussi besoin de citer notre prof d’EPS préféré Didier Franque à qui l’on a encore espoir de faire complétement abandonner le Molki. Il représentera la team Les Bronzés font du Spikeball.

Je n’aurai aucune légitimité à continuer de parler si je ne citais pas l’inénarrable Alexis Galland, si souvent absent des terrains et qui pourtant renaît toujours de ses propres cendres. Le phénix Galland. On parle tout de même du vainqueur du premier tournoi parisien en septembre 2018 et du vainqueur du premier tournoi en intermédiaire de l’association européenne de Roundnet en Belgique en 2019. Et bien sûr le tenant du titre de la dernière édition à Vincennes en 2018. En paire avec Chloé Simpson, nul doute qu’ils seront candidats au trophée mixte. Mais les paires féminines et mixtes parlons-en ! Félicitations à l’équipe Team CJ93 qui a déjà remporté le tournoi féminin ! Vos trophées vous attendent. De l’autre côté nous avons 7 équipes mixtes dans un tournoi qui s’annonce très ouvert. Pour rappel les équipes mixtes et l’équipe féminine seront dans le tournoi principal mais les deux équipes mixtes qui iront le plus loin seront départagées lors d’une finale 100% mixte. La paire Galland/Simpson saura-t-elle renverser la tête de proue Anaïs, favorite et en paire avec le très solide Thibaud (encore un qu’il va falloir arriver à déborder en défense…)


Enfin nous penserons aux absents de Toulouse, de Nantes, de Paris et de partout ailleurs, avec une mention spéciale à notre Phil national qui vient de fêter ses 50 ans qui devait jouer avec Lydia (toujours dans le top 5 féminin français selon moi) mais qui a dû déclarer forfait. Autre mention spéciale à nos amis de Gif-sur-Roundnet dont les deux co-prez nous manqueront fortement : Sébastien à qui j’implore d’arrêter de progresser aussi vite, et Inès qui d’ici un an sera rebaptisée Olivia et sera en tête de page de tous ces résumés.


Si des données sont fausses je vous en supplie corrigez moi et surtout si je ne vous ai pas cités, je ne demande qu’à corriger ce vieux manuscrit après le tournoi pour ajouter des Nota Bene et me confondre en excuses. Et je suis persuadé que ce sera la cas, tant sont nombreuses les équipes que je ne connais pas et qui vont nous surprendre et participer à magnifier cette superbe communauté en création qu’est la communauté française de roundnet !


Voilà j’espère que j’ai pimenté un peu le débat et j’espère surtout que vous n’allez pas être d’accord avec moi ou que vous allez m’insulter car mon analyse est pitoyable. Allez maintenant à vous de commenter, dites-moi si je suis complètement à côté de la plaque et quelles sont vos prédictions.


Bon tournoi !


Charles



Les Roundnet références qu’il ne fallait pas manquer :


Un tweener : un coup entre les jambes

Un mash-up : deux partenaires qui n’ont pas l’habitude de jouer ensemble qui forment une équipe pour le temps d’un tournoi

Soft touch : nouvelle règle selon laquelle un défenseur peut toucher la balles deux fois de suite

La No Hit Zone : zone dans laquelle l’attaquant ne peut pas poser le pied pour attaquer (seulement applicable en division 1 en phase finales)

Un butter set : une passe impeccablement déposée pour le partenaire qui attaque

La spéciale de Gabi : vous jugerez par vous même

Un block : Une défense corps en opposition

Un cut serve : un service avec de l’effet fuyant intérieur

Un reverse cut serve : un service avec de l’effet fuyant extérieur

La référence à Olivia : Olivia Jenkin est la meilleure joueuse américaine

574 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout